SUR LES DONNEES DE LA RECHERCHE


Source :  http://adbu.fr/tout-ce-que-vous-avez-toujours-voulu-savoir-sur-les-donnees-de-la-recherche-sans-jamais-oser-le-demander-15/

Le 18 juillet 2016, par Laurent Nabias

L’ADBU s’intéresse en ce moment aux données de la recherche. La commission « recherche et documentation » mettra à disposition des établissements quatre notes pratiques, car la mise en oeuvre des projets associés au numérique et aux données de la recherche semble rencontrer quelques difficultés, notamment sur le plan des « relations encore trop distantes avec les chercheurs », » la faible visibilité et le manque de légitimité des structures documentaires sur ce thème au sein de l’établissement ou, plus simplement, le manque de moyens humains à y consacrer ».

Les quatre notes sont les suivantes :

  • Sensibiliser et former (septembre 2016)

  • Accompagner les chercheurs (novembre 2016)

  • S’appuyer sur des outils (janvier 2017)

  • Soutenir une stratégie d’établissement (mars 2017)

 

 

NAKALA ET NAKALONA


Le 13/07/2016 par Laurent Nabias

Référence : http://humanum.hypotheses.org/2095#comment-3323 du 03/02/2016

Nakala et Nakalona : non il ne s’agit pas de nouvelles danses à la mode, mais les derniers services de support à la recherche du groupe TGIR Huma-Num.

Ceux qui s’intéressent à la problématique de la gestion des données de la recherche se sont bien sûr posés de nombreuses questions sur le circuit du dépôt, sur la sécurité des données et le signalement (donc l’accessibilité) des données à travers le monde. Pour moi, toutes ces problématiques restaient un peu nébuleuses, et j’aime bien être pragmatique. C’est pour cette raison que, lorsqu’au détour de mes réflexions, je suis tombé (mais pas vraiment par hasard) sur la description des outils NAKALA et NAKALONA, proposés par le TGIR Huma-Num, le brouillard s’est estompé assez rapidement. En effet, une solution clé en main d’une infrastructure numérique de gestion des données de la recherche avec bac à sable fourni, c’est forcément le rêve.

NAKALA est LE circuit de dépôt des données qui propose toutes les fonctionnalités nécessaires, et notamment : le stockage de fichiers numériques de format divers (texte, son, image, vidéo) à une époque où on manque de place et de serveur virtuel, le partage des données par le biais de la technologie du web de données (entrepôt de données en RTF interrogeable via SPARQL), le signalement des données via une connexion avec tout type de plateforme (accès un entrepôt OAI-PMH moissonnable par tout type de plateforme, dont Isidore ), et surtout l’archivage à long terme (Voir le schéma récapitulatif). Le stockage et l’archivage au CINES sont sécurisés. Et pour être utilisateur, il suffit d’écrire à cogrid@huma-num.fr.

Mais Nakala n’est pas seul, et c’est là que la solution proposée par Huma-Num commence à être intéressant. Elle est couplée avec NAKALONA !! Nakalona est constitué du package Nakala avec l’outil de gestion et de diffusion de documents numérisés OMEKA. OMEKA permet l’édition, la documentation à l’aide de métadonnées de description, le regroupement des données par corpus numérisés et le visionnage des objets dans un site dédié. Nakala stocke, archive et documente. Nakalona utilise les objets de Nakala pour enrichir les métadonnées et pour diffuser des corpus numérisés organisés via le web.

Cette solution est proposée par Huma-Num comme un logiciel SaaS (Software as a System)

 

 

Humanités numériques en histoire et en bibliothèques


Voici un nouveau blog concernant les métiers des humanités numériques en histoire et en informatique documentaire dans le milieu des bibliothèques et des archives ouvertes.